Retour à la rubrique "Humour"

Monochrome Web : Site "Par & Pour Déficients Visuels"

Rubrique "Rire sur le web!" : Les blagues en série Volume 3

101) - Alors que le roi Arthur s'apprête à partir en croisade, il s'inquiète du sort de la reine Guenevière qui devra rester seule pendant plusieurs années entourée de tous ces chevaliers solitaires. Il se rend donc chez Merlin le magicien pour obtenir de bons conseils. Mais Merlin ne sait pas trop comment protéger l'honneur de la reine et demande à son roi une semaine de réflexion. Arthur revient donc huit jours plus tard et Merlin l'invite dans son laboratoire pour lui présenter sa dernière invention, une ceinture de chasteté d'un genre nouveau. En observant la ceinture en question, le roi remarque tout de suite une très large ouverture au plus mauvais endroit. Il s'en inquiète et Merlin répond :
- "Justement, c'est là que cette ceinture est révolutionnaire. Regardez Sire ce qui se passe lorsque j'introduis cette carotte dans l'orifice de la ceinture...".
Dès que Merlin fit rentrer le légume dans le trou, une petite lame, pareille à une guillotine miniature, vient s'abattre et coupe la carotte en deux...
- "Merlin, tu es génial", remarque le roi qui, dès le lendemain, installe la ceinture sur sa bien aimée, s'accroche la clef au cou et part en croisade, le coeur léger et l'esprit rassuré. Lorsqu'il revient cinq ans plus tard à Camelot, il convoque immédiatement tous les chevaliers du royaume et leur fait baisser leur pantalon pour une inspection bien légitime. Il est effrayé de constater que tous sont amputés ou ont perdu une bonne part de leur virilité. Tous, sauf le chevalier Lancelot.
- "Lancelot!", s'exclame Arthur, "Tu es le seul à ne point m'avoir trahi. Dis-moi ce que tu veux dans ce royaume et je te le donnerais.".
Mais Lancelot resta sans voix...

102) - Un avion long courrier traverse une terrible tempête. Voilà plusieurs fois qu'il tombe dans des trous d'air. Et alors qu'il perd dangereusement de l'altitude, les passagers sont totalement paniqués et crient de frayeur. Tout le monde pense que cette fois c'est la fin... Au coeur de cette scène de cauchemar, une jeune femme s'écrie soudain: "Je ne peux plus supporter ça... Nous allons donc tous mourir comme du bétail enfermé dans une cage. Y a-t-il un homme dans cet avion qui me fera me sentir une vraie femme une dernière fois?".
Dans le fond de l'appareil, un bras se lève. Un jeune homme viril et bien bronzé s'avance dans le couloir central de l'avion et commence à ôter sa chemise qui laisse apparaître son torse musclé. Il tend alors la chemise à la jeune femme et lui dit : - "Tiens, repasse çà.".

103) - Un homme plutôt gras découvre dans le journal une petite annonce intéressante : - "Programme d'amaigrissement; payez dix euros par kilo perdu! Appelez notre numéro vert.".
Comme il a essayé, en vain, tous les programmes d'amaigrissement, il se dit qu'il peut bien essayer celui-là aussi. Et il téléphone... La voix qui lui répond lui demande :
- "Combien de kilos souhaiteriez-vous perdre?'.
Il répond sans hésiter :
- "Cinq kilos, ce serait déjà un bon début.".
A l'autre bout de la ligne, la voix reprend :
- "D'accord, je vous envoie notre représentant demain matin.".
Dès neuf heures le lendemain, on frappe à la porte de chez lui. Il ouvre et découvre une superbe créature largement déshabillée avec une pancarte autour du cou qui dit :
- "Si tu m'attrapes, tu peux m'avoir...".
Une course s'engage. L'homme la poursuit dans les escaliers mais cette jeune "représentante" est plutôt agile et rapide. Il la coince finalement et, tandis qu'il s'apprête à consommer le fruit de ses efforts, elle lui dit :
- "Allez d'abord dans la salle de bain vous peser.".
En sueur, il monte sur le pèse-personne et découvre, avec une grande satisfaction, qu'il vient de perdre cinq kilos...
Le soir même, il recompose, enchanté, le numéro de téléphone de l'agence. Il demande alors :
- "Je voudrais perdre dix Kilos, c'est possible?".
Une voix lui répond :
- "Bien Monsieur, même procédure qu'hier, vous me donnez votre numéro de carte de crédit et notre représentant passera chez vous demain matin.".
Le lendemain, une superbe blonde se présente à sa porte avec une pancarte disant : - "Si tu m'attrapes, tu peux m'avoir...".
Une course encore plus folle que celle de la veille s'engage dans la maison et, lorsqu'après une demi heure de chasse, l'homme parvient à "immobiliser" sa proie, la blonde lui dit :
- "Allez d'abord dans la salle de bain vous peser.".
Incroyable mais vrai, il vient de perdre dix kilos supplémentaires...
Il rappelle tout de suite l'agence et annonce clairement :
- "Vous seriez en mesure de me faire perdre vingt kilos d'un seul coup?".
La voix répond :
- "Vingt kilos, bien sûr, çà c'est notre programme spécial. Même procédure que les jours précédents, je débite votre carte de crédit et vous, tenez-vous fin prêt pour demain matin.".
L'homme est dans un état d'excitation maximal lorsque le lendemain, à 9 heures précises, on frappe à la porte. Il a enfilé un jogging et chaussé des chaussures de sport pour être performant. Il se rue donc à la porte entrée, l'ouvre et découvre un effrayant gorille de deux mètres de haut avec une pancarte accrochée autour du cou qui disit : - "Si je t'attrape, je vais te prendre...".

104) - A l'occasion d'un match de rugby, un groupe de jeunes vient prendre place juste à côté d'une jeune femme, visiblement très intéressée par la partie. Elle connaît le nom de tous les joueurs sur le terrain et fait même quelques commentaires à voix haute sur les schémas tactiques mis en place par les coachs des deux équipes. A lafin de la rencontre, l'un des jeunes demande :
- "C'est impressionnant comme vous connaissez bien le rugby...".
- "Oui, c'est parce que j'étais un garçon avant mon opération...".
D'abord surpris, les jeunes sont piqués de curiosité, mais l'un d'entre eux ose quand même demander :
- "Et c'est pénible une opération comme çà?, Qu'est ce qui fait le plus mal... Quand on vous l'a coupé?".
Sans s'offusquer, elle explique :
- "Oui, çà fait affreusement mal, mais ça n'est pas çà le plus douloureux.".
Un autre jeune intervient :
- "Alors c'est lorsqu'on a coupé vos testicules, c'est çà?".
- "Euh çà aussi, ça fait mal, mais ce ne fut pas non plus le plus pénible...".
Un troisième jeune demande alors :
- "Alors qu'est-ce qui fut le plus douloureux?".
- "Si vous voulez vraiment le savoir, le plus atroce, c'est lorsqu'ils ont diminué mon salaire de la moitié...".

105) - Un couple de septuagénaire se présente chez un médecin généraliste; l'homme demande aussitôt :
- "Docteur, est-ce que vous accepteriez de nous observer pendant que nous faisons l'amour?".
Le médecin, un peu confus, accepte et regarde ses deux "patients" se livrer à des ébats amoureux particulièrement torrides. Lorsqu'ils ont terminé, le docteur déclare :
- "Vos pratiques sexuelles sont tout à fait normales... Il n'y a rien d'étrange dans votre comportement.".
Et il présente une facture de trente euros que le vieil homme s'empresse de payer.
La semaine d'après, la même scène se reproduit; et toujours rien d'anormal dans le comportement amoureux des deux septuagénaires.
Et puis, chaque semaine pendant un mois, le même couple se présente chez le docteur et lui demande de les observer pendant leurs relations intimes. Le docteur finit un jour par demander à ses deux "patients" :
- "Expliquez-moi donc ce qui vous inquiète... Tout m'a l'air absolument normal.".
Et le vieil homme explique :
- "Hé bien çà on le sait très bien, mais comprenez une chose; nous sommes tous les deux mariés mais pas ensemble; donc, il est impossible d'aller chez l'un ou chez l'autre pour coucher ensemble. Une chambre au Méridien pour l'après-midi, ça vaut cent euros et chez vous, ça coûte trente euros et j'en récupère vingt-cinq grâce à la Sécurité Sociale... Qu'est-ce que vous feriez vous à notre place?".

106) - Une semaine après leur mariage, deux jeunes sourds-muets réalisent que dans l'intimité de leur chambre à coucher, l'obscurité n'est pas propice à favoriser l'essor de leur vie de couple. En effet, dans le noir, sans possibilité d'utiliser la langue des signes, le mari a bien du mal à faire comprendre à sa femme son désir ardent de passer à l'action. Un soir, la femme propose donc, en langue des signes, une solution pratique à son époux :
- "Nous allons mettre au point des signaux. Si tu as envie de moi, secoue-moi le sein droit et si tu n'as pas envie, secoue-moi le sein gauche...".
Le mari pense qu'il s'agit là d'une idée prodigieuse et répond à sa femme, toujours en langue des signes:
- "Très bien! Et de la même façon, si toi, tu veux faire l'amour, secoue mon sexe une fois et si tu ne veux pas, secoue-le quatre-vingt fois...".

107) - Un mari et une femme qui s'étaient aimés toute leur vie, croyaient tous deux énormément en la réincarnation. Ils s'étaient jurés que le premier qui mourrait s'arrangerait pour communiquer avec l'autre depuis l'au-delà. Lorsque le mari finit par disparaître, sa veuve tenta de rentrer rapidement en contact avec lui en utilisant des méthodes liées au spiritisme. Elle y parvint une nuit et demanda à son époux de lui décrire la vie dans l'au-delà...
L'homme commença à expliquer :
- "C'est merveilleux, il y a beaucoup de soleil, une grande plage et la mer.".
- "Et qu'est-ce que tu fais de tes journées?".br> - "En fait..., C'est une sorte de routine. Tous les jours on fait la même chose. On se lève, on prend notre petit déjeuner et on fait l'amour avec le partenaire de notre choix. Après, on se repose, on déjeune et on fait l'amour avec un autre partenaire. L'après midi, on fait la sieste, on dîne et on refait l'amour une troisième fois avec le partenaire qu'on choisit. Après on dort... Et le lendemain, rebelotte.".
Sa femme le relança :
- "C'est donc à çà que ressemble le paradis...???".
- "Je ne suis pas au paradis. Je suis un lapin sur la plage du Touquet...".

108) - Un colonel de l'armée régulière avait été affecté dans une garnison de la légion étrangère, perdue dans le désert du Sahara. Le jour de son arrivée, il remarqua tout de suite un très vieux chameau isolé dans un enclos du fort qu'il devait commander. Il demanda à son sergent :
- "Qu'est ce que ce vieux chameau fait ici tout seul?".
Et au sergent d'expliquer :
- "Ben, vous savez, les légionnaires sont des hommes et ont des besoins à satisfaire. Ils utilisent donc le chameau à tour de rôle.".
- "Ben si c'est bon pour le moral des légionnaires, çà me paraît être une bonne initiative.".
Après six mois d'isolement à la tête de la garnison, le colonel lui même ressentit un grand besoin physique. Il appela donc le sergent :
- "Amenez-moi le vieux chameau dans ma tente!".
Sous le regard critique des soldats, le sergent obéit à l'ordre et fit amener le chameau sous la tente de son officier supérieur. Il resta plusieurs minutes dans sa tente en compagnie de l'animal et en sortit avec un grand sourire, en remontant sa braguette :
- "Je suis devenu l'un des vôtres, c'est donc comme ça qu'on fait dans la légion...???".
Et le sergent répondit :
- "Non, généralement, on se contente de monter sur son dos et d'aller à la ville qui se trouve à moins de cinq kilomètres.".

109) - Un homme et son épouse venait de se disputer pendant tout le week-end. Et il était parti le matin en claquant la porte, sans même dire un mot aimable à sa femme. L'après-midi pourtant, alors que l'épouse est occupée à ses tâches ménagères, on sonne à la porte. La femme va ouvrir et découvre, dans les bras d'un jeune livreur, un superbe bouquet de roses avec un petit message personnel qui dit :
- "Pour me faire pardonner.".
Elle réagit immédiatement de façon négative :
- "Oh... merde.".
Le livreur, étonné par ce manque d'enthousiasme inhabituel, dit alors :
- "Vous n'aimez pas les roses ou vous n'aimez pas celui qui vous les envoie?".
Elle réplique :
- "Vous savez ce que cela veut dire?".
Comme le livreur répond que non, elle explique, dans un langage imagé :
- "Ca signifie que je vais passer toute la semaine prochaine étendue sur le lit avec les jambes en l'air...".
Et le livreur de demander :
- "Pourquoi, vous n'avez pas de vase?".

110) - Un citadin venant juste de s'installer à la campagne part à la cueillette aux champignons. Malheureusement, ses débuts dans les sous-bois se révèlent difficiles. Il ne trouve jamais aucun champignon comestible. Démontrant une persévérance certaine, il finit un jour par tomber nez à nez avec un lutin qui décide immédiatement de lui venir en aide. Ils discutent tout deux, et c'est à notre lutin de commencer la conversation :
- "Parce que tu es le premier homme que je vois, je vais t'accorder trois voeux.".
- "Je ne crois pas aux lutins. De par ma position, je suis obligé de nier ton existence. Je ne t'ai donc jamais rencontré...".
Et il s'en va. Le lutin est un peu surpris mais, décide néanmoins de tenir sa promesse, et d'accorder à l'individu les trois voeux qu'il demanderaient s'il s'était retrouvé dans cette position; une bonne santé, beaucoup d'argent et une vie sexuelle épanouie...
Un an s'écoule. L'homme, toujours occupé à chercher des champignons dans les sous-bois, retombe un jour, par hasard, sur le lutin qui lui demande immédiatement:
- "Alors, comment va la santé, ami humain?".
- "Ben, je ne me suis jamais senti aussi bien, je pense que l'air de la campagne et les promenades dans les sous-bois me font le plus grand bien...".
- "Pas de souci d'argent?".
- "Ben non, plus depuis plusieurs mois. A chaque fois que je plonge la main dans la poche, j'en retire une liasse de gros billets. Je ne sais absolument pas d'où çà peut venir...".
- "Et avec les femmes, çà se passe bien?".
- "Oui, de ce côté-là, je n'ai pas à me plaindre. Une à deux fois par semaine...".
- "Quoi? Seulement une à deux fois par semaine?".
- "C'est pas si mal pour un prêtre catholique isolé dans une paroisse de cinquante-six habitants.".

111) - Au milieu de la nuit, un petit garçon se lève pour aller faire pipi et en profite pour jeter un oeil, par le trou de la serrure, dans la chambre de ses parents. Il observe quelques secondes et continue son chemin en murmurant :
- "Et moi je me fais disputer quand je suce mon pouce...".

112) - Après une soirée en discothèque, un homme ramène l'une de ses conquêtes chez lui. Après les quelques préliminaires d'usage, il se déshabille et passe rapidement à l'action. Mais au bout de quelques instants, sa partenaire est prise d'un fou rire... :
- "Qu'est ce qui se passe?".
- "C'est votre organe... Il paraît vraiment petit.".
- "Oui, c'est parce que je n'ai pas l'habitude de jouer dans les cathédrales.".

113) - Une mère est dans sa cuisine occupée à préparer le repas lorsque sa fille lui demande :
- "Maman, d'où viennent les bébés?".
La femme explique :
- "Hé bien, tu vois, un papa et une maman tombent amoureux. Ils se marient. Le papa met son pénis dans cette partie là de la maman et neuf mois après, ils ont un bébé...".
La petite fille est très intéressée, et demande :
- "L'autre jour, en arrivant dans ta chambre, j'ai vu papa mettre son pénis dans ta bouche. Dans ce cas-là, tu as un bébé neuf mois après aussi?".
Et la mère de répliquer :
- "Non, dans ce cas-là, j'ai une nouvelle bague dès le lendemain...".

114) - Trois amis prennent une pause dans la cafétéria de l'entreprise. Ils discutent de la bêtise humaine en général, et de la stupidité de leurs épouses respectives en particulier... Le premier remarque:
- "Les femmes sont surtout idiotes lorsqu'elles font du shopping. Elles croient au Père Noël. Tenez ma femme a acheté une robe de haute couture à trois mille euros et elle ne peut même pas rentrer dedans.".
Le second explique :
- "Moi, ma femme vient d'acheter un coupé Mercédès et elle a négligé un détail, c'est qu'elle n'a pas encore le permis de conduire...".
Le troisième surenchérit :
- "La mienne est sans nul doute la plus stupide des femmes; elle a acheté une boîte de cent préservatifs avant de partir en vacances aux Baléares, et je ne vais même pas avec elle...".

115) - Après un décollage sans problème, le commandant de bord branche son micro et s'adresse aux passagers de l'avion :
- "Mesdames et Messieurs, nous avons atteint notre altitude de croisière qui est de dix mille mètres. La température extérieure est de moins quarante degrés. Nous arriverons à Paris-Charles-De-Gaulle à neuf heures, heure locale.".br> Malheureusement, il ne débranche pas son micro, et les passagers entendent la suite de la conversation entre le commandant de bord et son co-pilote :
- "Tout est tranquille, continue tout seul. Moi, je vais me prendre un petit café et ensuite, j'irais me taper la nouvelle hôtesse...".
A l'arrière de l'appareil, l'hôtesse en question est rouge de confusion et de colère. Elle remonte le couloir de l'appareil pour aller exprimer son mécontentement au commandant. Au milieu de l'avion, une dame âgée l'arrête brusquement en lui saisissant le bras :
- "Du calme ma petite, vous avez le temps, il a dit qu'il allait d'abord prendre un café...".

116) - Un promoteur de spectacle auditionne des artistes pour une tournée internationale. Un homme d'allure modeste se présente et prévient tout de suite l'agent :
- "Bon, je ne sais pas chanter, ni danser, mais je peux faire çà...".
Et aussitôt, il baisse son pantalon et commence à siffloter "La Marseillaise" avec son anus...
Le promoteur n'en revient pas et dit spontanément :
- "C'est exceptionnel, attendez une seconde.".
Et il décroche immédiatement son téléphone pour appeler le producteur du spectacle :
- "Allo Robert, tu ne devineras jamais ce dont est capable l'homme qui est dans mon bureau, écoute çà...".
Et il place le combiné de téléphone près du derrière de l'artiste qui, une nouvelle fois, interprète une superbe version de "La Marseillaise.".
Il reprend l'appareil et demande :
- "Alors, qu'est ce que tu dis de çà?".
- "Moi aussi je peux siffloter "La Marseillaise...". Où t'as encore été cherché un trou du cul pareil?".

117) - Longtemps basé en Asie, un militaire de carrière avait pris beaucoup de bon temps mais avait contracté une étrange maladie vénérienne orientale qu'aucun médecin occidental ne semblait en mesure de soigner. En désespoir de cause, il se rendit auprès des plus grands spécialistes anglais, français et allemands qui lui déclarèrent unanimement que le seul moyen de venir à bout du mal qui le frappait consistait à procéder à une amputation de son pénis. Le militaire de carrière était horrifié par cette perspective. Dans une ultime tentative de sauver son organe, il repartit à Hong-Kong, pensant qu'ayant attrapé la maladie là-bas, c'est en Asie qu'il trouverait la solution... Il parvint à obtenir l'adresse d'un très vieux docteur chinois, réputé pour son expérience de la médecine naturelle. Il se rendit immédiatement dans son cabinet de consultation.
- "Docteur Wang", commença-t-il, "les médecins en Europe me disent qu'il faut m'amputer pour me sauver... C'est absolument nécessaire?".
Avec un grand sourire, le vieux chinois répondit :
- "Bien sûr que non... Je ne comprendrais jamais cette manie qu'ont les Européens de vouloir tout couper...".
Le militaire, apaisé et confiant, demanda alors :
- "Et quel traitement me proposez-vous?".
Et le sage Docteur expliqua :
- "Il faut laisser faire la nature. On attend encore deux mois et le pénis va tomber tout seul.".

118) - Une jeune femme adorait à un tel point la musique de Claude François et Joe Dassin qu'elle s'était décidée à faire se tatouer leur visages sur le corps... Emportant des photos de ses deux artistes favoris, elle se rendit donc chez un tatoueur réputé et lui demanda :
- "Voilà, je souhaiterais avoir le visage de Cloclo sur la hanche droite et celui de Joe Dassin sur la hanche gauche.".
Le tatoueur lui demanda de se déshabiller et s'exécuta. Après une séance de quatre heures, il pria sa cliente dénudée de vérifier dans le miroir la qualité du travail accompli. Mais la jeune femme n'était absolument pas satisfaite, prétextant que personne ne saurait reconnaître ni Cloclo, ni Joe Dassin... Le tatoueur la prit au mot et sortit de son magasin pour interpeller le premier passant qui se trouvait être un homme un peu éméché. Il l'amena devant la femme qui, restée nue devant le miroir, continuait à protester. L'artiste lui demanda :
- "Alors, qui reconnaissez-vous sur ces tatouages?".
- "Ben, on dirait Claude François à droite, Joe Dassin à Gauche... Et au milieu, on dirait Demis Roussos...".

119) - Cela se passe au Far-West, dans un saloon. Un cow-boy entre et aperçoit immédiatement un grand pot en verre sur le comptoir; à l'intérieur, des centaines de billets d'un dollar. Il demande au barman:
- "Qu'est ce que c'est que cet argent?".
Et au barman d'expliquer :
- "Celui qui fait rire mon cheval emporte le magot. S'il n'y arrive pas il paie un dollar...".
Le cow-boy n'hésite pas, laisse un dollar sur le comptoir, et se rend dans l'écurie derrière le bar. Là, il murmure quelques mots à l'oreille du cheval qui se retrouve plié en deux, riant de toutes ses dents. Il revient au saloon, empoche le magot et reprend la route. Deux mois plus tard, il repasse dans la petite ville et s'arrête dans le même bar. Il aperçoit, comme la fois précédente, un pot rempli de billets posé sur le comptoir et demande au patron:
- "Un nouveau défi?".
- "Depuis que vous êtes venu il y a deux mois, mon cheval n'a pas réussi à arrêter de rire. Celui qui saura le faire cesser empoche l'argent. S'il n'y arrive pas il paie un dollar...".
Le cow-boy va à l'écurie et, quelques secondes après, le cheval fond en larmes... Le cow-boy revient ensuite au saloon et saisit le pot rempli de dollars. Mais le barman lui attrape le bras en disant :
- "Il faut que vous me disiez ce que vous avez dit à mon cheval...???".
- "Il y a deux mois, je lui ai dit que j'en avais une plus grosse que lui...".
- "Et la deuxième fois?".
- "Ben je lui ai montrée!".

120) - Un homme est dans la salle de bain en train de se brosser les dents lorsqu'il voit sa femme sortir de la douche et commencer à se plaindre :
- "Je trouve que mes seins sont trop petits...".
Il lui lance alors une remarque curieuse :
- "La meilleure façon de les faire grossir, ce serait de les frotter régulièrement avec du papier toilette!".
- "Ah bon?", répond la femme, prête à toutes les ruses pour gagner un peu de poitrine.
Elle saisit donc le rouleau de papier toilette, le passe sur ses seins quelques minutes et demande ensuite :
- "Mais combien de temps çà prend pour commencer à voir des changements?".
- "Il faut faire ça régulièrement pendant plusieurs années...".
La femme finit par douter et demande à son mari :
- "Mais qui t'a raconté un truc pareil? C'est complètement ridicule cette technique...".
- "Pourquoi ridicule, çà a plutôt bien fonctionné pour tes fesses, non?".

121) - Un Russe ivre-mort déambule dans les rues de Moscou et, shootant négligemment dans une bouteille vide, fait apparaître un génie qui, selon une tradition bien connue, lui accorde immédiatement un voeu. L'homme, pas très clair et obsédé par la boisson, rétorque après une brève réflexion :
- "OK, génie, comme je veux être en mesure de boire n'importe où et n'importe quand, change mon urine en vodka jusqu'à la fin de mes jours!".
Le lendemain, le Russe se lève avec un terrible mal au crâne, va aux toilettes et s'aperçoit que son urine sent la vodka. Il se rappelle alors l'apparition de la veille et, pour en avoir le coeur net, finit par goûter lui-même. Ca marche.....
Il prévient immédiatement sa femme, fait pipi dans un verre et lui propose de goûter. D'abord dégoûtée, elle cède et finit par admettre que c'est la meilleure vodka qu'elle ait jamais dégustée. Ils boivent plusieurs verres d'affilée et se jurent de remettre ça le soir-même. En revenant du travail, l'homme va directement à la cuisine; il attrape un verre et le remplit. Sa femme, vexée de son manque d'attention, lui dit :
- "Merci de penser à moi... Tu aurais pu me donner un verre!".
Et au gars de répliquer :
- "Pas besoin, chérie. Ce soir, tu bois à la bouteille...".

122) - Quatre religieuses attendaient patiemment le curé pour confesser leurs péchés. Lorsque le prêtre arriva, la première entra dans le confessionnal et déclara :
- "Mon père, je viens me confesser car j'ai vu un homme nu et j'ai eu de mauvaises pensées.".
- "Bon, cela peut arriver...", répondit le curé. "Vous réciterez trois "Je vous salue Marie" et vous vous rincerez les yeux dans le bénitier à l'entrée de l'église.".
Elle sort du confessionnal et vient raconter sa punition à ses trois acolytes.La seconde se présenta alors et raconta :
- "J'ai touché les parties privées d'un homme.".
- "Avec quelle partie du corps avez-vous fait cela?".
- "Avec la main droite.".
- "D'accord...", enchaîna le prêtre, "Vous réciterez dix "Je vous salue Marie" et vous vous rincerez la main droite dans le bénitier à l'entrée de l'église.".
Comme celle qui l'avait précédée, la seconde religieuse vient raconter sa pénitence aux deux dernières soeurs avant d'aller se rincer la main dans l'eau bénie. Les deux religieuses restantes continuent à discuter et l'une dit à l'autre :
- "Dis, çà ne te gêne pas si je passe à la confession avant toi?".
- "Non, pas du tout, mais pourquoi?".
- "Ben, j'aimerais bien me rincer la bouche dans le bénitier avant que tu t'y laves les fesses...".

123) - Les trois filles d'une famille modeste avaient décidé de se marier le même jour afin d'économiser sur les frais occasionnés par la réception. Elles avaient, en outre, accepté toutes les trois de passer leur lune de miel à la maison parentale pour ne pas dépenser trop... Après la cérémonie et le repas de mariage, les trois couples reviennent ensemble dans la maison familiale et gagnent chacun leur chambre. Le lendemain matin, la mère qui, trop anxieuse, n'a pas dormi de la nuit, prépare le petit déjeuner en attendant ses filles avec une certaine impatience. L'aînée se présente la première et la mère lui dit :
- "Toi ma grande je t'ai entendu crier dans la nuit.".
- "Oui maman, mais tu m'as toujours dit qu'il fallait toujours crier quand on avait mal!".
- "C'est bien vrai.", conclue la mère.
La seconde fille arrive bientôt dans la cuisine, et sa mère lui dit d'emblée :
- "Toi ma douce, je t'ai entendu rire comme une petite folle cette nuit.".
- "Oui maman, mais tu m'as toujours répété qu'il fallait toujours rire quand on avait chatouille!".
- "C'est bien vrai.", remarque à nouveau la mère.
La dernière des trois soeurs apparaît enfin dans la cuisine. Sa mère, un peu inquiète, l'accueille avec ces mots :
- "Ben que s'est-il passé cette nuit? Je n'ai pas entendu un seul bruit en provenance de ta chambre...".
- "Oui maman, mais, n'est ce pas toi qui m'a toujours recommandé de ne jamais parler la bouche pleine?".

124) - Un type vient d'être embauché sur une plate-forme de forage en Mer du Nord. Il n'y a vraiment pas grand chose à faire; et il n'y a ni télévision, ni radio et évidemment... Pas de présence féminine non plus. Toutefois, dès son arrivée, le chef de la plate-forme lui indique un bon plan :
- "Tu vois ce tonneau là-bas, il y a un trou à l'intérieur. En cas d'envie pressante, tu peux y aller pour une gâterie... Tu peux y aller tous les jours, sauf le mardi.".
Le type se dit que la vie sur cette plate-forme ne sera peut-être pas aussi insupportable que cela. Et il demande au responsable :
- "Pourquoi pas le mardi. C'est un jour particulier ici?".
- "Non, pas particulier du tout mais le mardi, c'est ton jour dans le tonneau!".

125) - Trois hommes très âgés sont assis dans le parc d'une maison de retraite. Le plus jeune porte allègrement ses quatre-vingt printemps tandis que le plus vieux est centenaire. Le benjamin lance une remarque à ses deux comparses :
- "Ah, si je pouvais avoir moins mal lorsque je vais aux toilettes. Je n'arrive plus à faire pipi normalement.".
Le second vieillard, qui accuse quatre-vingt-dix ans, déclare :
- "Ah moi, je n'ai aucun problème pour faire pipi le matin. Par contre, pour la grosse commission, c'est une autre histoire! Je souffre le martyre à chaque fois.".
Le centenaire conclue alors :
- "Moi je fais mes besoins normalement, un pipi tous les matins à 9 heures et le reste tout naturellement à 10 heures. Mon seul problème, c'est que je n'arrive jamais à me réveiller avant midi!".

126) - Un couple décide d'aller passer l'après-midi au zoo de Vincennes. Ils s'arrêtent bientôt devant la cage du gorille, un mâle d'au moins deux cent kilos et le mari propose à sa femme de tester la réactivité de l'animal; il dit donc à son épouse :
- "Chérie, il n'y a pas grand monde dans ce zoo. Pourquoi ne ferais-tu pas un petit streaptease devant le gorille?'.
La femme, amusée par l'idée, commence donc à se dandiner de façon suggestive devant la cage de l'animal, et visiblement, le gorille devient nerveux. Elle ôte bientôt son chemisier, ce qui rend la bête particulièrement excitée. Lorsqu'elle dégrafe son soutien-gorge, le gorille commence à bondir dans tous les coins de sa cage... L'épouse, qui rit aux éclats, décide alors de laisser glisser sa jupe. Le gorille devient fou furieux et se cogne la tête plusieurs fois contre les barreaux de la cage. Il passe ses bras vigoureux à l'extérieur de la cage et parvient à agripper la femme par les cheveux. Elle se débat avec énergie lorsque son mari lui dit avec un calme olympien :
- "Tu veux une astuce qui marche toujours? Dis-lui que tu as la migraine...".

127) - Une jeune femme entre dans un confessionnal :
- "Mon Père, j'ai appelé un homme "espèce d'ordure" hier.".
- "Et pour quelles raisons mon enfant?".
- "Hé bien, il a commencé à me toucher le bras...".
- "Comme çà?" demande le prêtre en caressant le bras de la jeune fille.
- "Oui.".
- "Ce n'est pas une raison suffisante pour l'appeler "espèce d'ordure"...".
- "Mais mon Père, il m'a aussi touché la poitrine!".
- "Comme çà?", demande le prêtre en caressant la poitrine de la jeune fille.
- "Oui.".
- "Ce n'est toujours pas une raison valable pour l'appeler "espèce d'ordure"...".
- "Mais mon Père, il a aussi arraché mes vêtements!".
- "Comme çà?", demande le prêtre en déchirant les habits de la jeune fille.
- "Oui.".
- "Ce n'est pas une raison suffisante pour l'appeler "espèce d'ordure"...".
- "Mais mon père, il a aussi mis son "vous-savez-quoi" dans mon "vous-savez-quoi"!".
- "Comme çà?", demande le prêtre en mettant son "vous-savez-quoi" dans le "vous-savez-quoi" de la jeune fille.
- "Oui.".
- "Ce n'est encore pas une raison pour l'appeler "espèce d'ordure"...".
- "Mais mon Père, il avait de l'Herpès!".
- "Ah... Quelle espèce d'ordure!".

128) - Un homme roule sur une nationale en rase campagne lorsqu'il aperçoit un panneau indiquant "Les Soeurs De La Compassion, Maison Close Réputée.". Piqué par la curiosité, il décide de suivre le chemin indiqué et d'aller voir quel peut bien être ce commerce douteux tenu par des religieuses. Il arrive bientôt devant une grande bâtisse en pierres anciennes, gare sa voiture dans le parking désert et décide de frapper à la porte. Une religieuse souriante l'accueille :
- "Que puis-je faire pour vous mon fils?".
Et il répond, hésitant :
- "Ben, j'ai vu votre panneau publicitaire sur la route... Et çà m'intéresse...".
- "Très bien mon fils, suivez-moi...", répondit-elle sans plus de cérémonie.
L'homme la suit dans un dédale de couloirs et se retrouve bientôt en présence de la mère supérieure qui lui dit :
- "Déposez cinquante euros dans ce panier d'osier et entrez par cette grande porte en bois au fond du couloir. C'est là-bas que çà se passe...".
La religieuse prend le temps d'ajouter :
- "Vous comprendrez que je ne vous accompagne pas...".
L'homme acquiesce, sort cinquante euros de son porte-feuille et s'avance d'un pas plus léger vers la porte en bois, l'ouvre et tandis que la lourde porte se referme, il s'aperçoit qu'il est revenu dans le parking... Face à lui un panneau semblable à celui qui bordait la nationale lui indique :
- "Merci de vous être fait baiser chez les soeurs de la compassion... Vous pouvez aller en paix.".

129) - Un navire de croisière heurte un iceberg et laisse six survivants, cinq hommes et une jeune femme superbe, à bord d'un canot de sauvetage. Le lendemain du naufrage, après une nuit de panique et d'angoisse, les six rescapés reprennent espoir en débarquant sur une île déserte. Au bout de quelques semaines, la nature commandant, certains des rescapés mâles expriment le besoin d'avoir des relations physiques. La compétition et la jalousie représentant deux obstacles délicats, ils se mettent d'accord, avec l'approbation de la principale intéressée, sur un système de roulement. Ils auront le droit de profiter des charmes de la jeune femme une soirée chacun à tour de rôle. Tout se passe bien pendant deux ans mais, victime d'une fièvre inconnue et incurable, la femme meurt subitement. La première semaine est à peu près supportable mais dès la seconde, la situation empire. La troisième semaine, cela devient réellement pénible et les cinq hommes s'accordent à prendre une décision. Mais la quatrième semaine, c'est devenu tellement insupportable qu'ils décident finalement... De l'enterrer.....

130) - Curieuse bête...
* Nom : Boa Pantalonus (Serpent du bas-ventre);
* Territoire : Dans le monde entier;
* Description : Serpent à un oeil, avec une tête en forme de champignon; couleur variant du rose au noir; crache son venin à distance respectable; taille variant de sept à vingt centimètres selon son humeur et son espèce;
* Symptômes : Ce serpent attaque essentiellement les femmes et souvent dans la partie inférieure de l'abdomen. Dans certains cas, la plaie gonfle pendant neuf mois, et se termine dans d'atroces douleurs. Mais la piqûre n'est généralement pas mortelle. Lorsque cette espèce s'attaque à un homme, elle surgit généralement par derrière;
* Habitat : Se terre généralement dans les chambres à coucher mais peut-être découvert dans des recoins très originaux.
* Antidote : Plusieurs vaccins sont disponibles pour les femmes. Toutefois lorsque le venin est injecté, un suivi médical est vivement conseillé. Aucun antidote connu ne préserve les hommes;
* Que faire en cas d'attaque? : Si le boa pantalonus vous attaque, on conseille généralement de sucer la plaie, une méthode particulièrement populaire auprès des victimes, mais qui pour lors, ne produit que rarement les résultats escomptés;
* Conclusion : Ce serpent, bien qu'il puisse être très agressif, n'est pas foncièrement dangereux, ni même nuisible. Traité avec respect, il fait même un merveilleux animal de compagnie...

131) - Robert et Marthe Martin habite un petit appartement dans un HLM de la banlieue parisienne. Comme ils ont envie d'un petit après-midi coquin et intime. Ils demandent à leurs fils Benoît, âgé de dix ans, de prendre l'air sur le balcon et de noter les activités des voisins. Ils se disent qu'espionner pour un enfant de cet âge, c'est sans doute amusant pour lui. Pour eux en tout cas, c'est une manoeuvre habile pour avoir la paix... Benoît entame vite ses commentaires éclairés à voix haute... :
- "Tiens! Monsieur Brun promène son chien; Une voiture se paie une contravention; Les Dupont sont encore à table; Et les Martin sont visiblement en train de coucher ensemble...".
Les parents sont bien entendus très surpris par la dernière remarque. Depuis la chambre, Robert demande aussitôt à son fiston :
- "Mais qu'est-ce que tu racontes? Pourquoi tu dis ça à propos des Martin?".
Et Benoît de répondre :
- "Leur fils aussi, il est tout seul sur le balcon!".

132) - Un homme entre dans une pharmacie et demande une boîte de préservatifs avec un très large sourire. En sortant son argent pour payer, il éclate de rire. Son comportement jovial fait dire au pharmacien :
- "Voilà visiblement un homme qui se prépare du bon temps...".
Le lendemain, la même scène se reproduit. L'homme, hilare, vient chercher une boite de préservatifs et s'en va en éclatant de rire. Et puis le surlendemain, et puis tous les autres jours de la semaine... Après quinze jours, le pharmacien décide d'enquêter sur ce client bizarre et demande à son assistant de suivre discrètement l'homme qui sort de sa boutique. L'assistant revient une demie heure plus tard en courant vers son patron. Celui-ci lui demande :
- "Alors, tu l'as suivi?".
- "Ben oui...".
- "Et où est-il allé avec les préservatifs?".
- "Ben... Il est entré chez vous...".

133) - A l'occasion de chaque période de vacances, il est de tradition de recevoir chez soi des représentants de l'armée du salut auxquels on offre des vêtements ou des accessoires qui ne servent plus. Voici un exemple concret... :
Une dame rentre chez elle après un après-midi dans les grands magasins et découvre, hôh stupeur, son mari au lit avec une jeune femme. Juste avant qu'elle ne fasse un scandale, son mari lui dit :
- "OK, chérie, je sais que les apparences sont contre moi mais écoute plutôt cela... Je suis rentré tout à l'heure du bureau, quand j'ai aperçu cette pauvre jeune fille exténuée qui faisait une tournée pour l'Armée du Salut. Je lui ai proposé de m'accompagner à la maison pour lui remettre toutes les affaires qui ne nous servent plus et qui pourraient lui être utile. Comme ces chaussures rouges que tu n'as jamais mises... Les siennes étaient percées, alors, je les lui ai données. Et comme elle avait froid, je lui ai passé ce grand manteau de fourrure que tu n'aimais pas à cause de sa couleur... Et alors qu'elle s'apprêtait à partir, elle s'est retournée vers moi et m'a dit :
- "Merci beaucoup, y a-t-il autre chose dont votre femme ne se serve plus? ... Et nous voilà!!!".

134) - Raymond et Simone étaient au bout du rouleau sur le plan financier, et le mari avait pris la décision de tenter le tout pour le tout en envoyant sa femme faire le trottoir. Mais évidemment, Simone manquait cruellement d'expérience, si bien que Raymond proposa, le premier soir de rester dans sa voiture garée dans la rue d'à côté. Il envoya Simone lever un client :
- "Tu lui demanderas cinq euros!", recommanda-t-il.
Mais la proposition tourna court, le candidat rétorquant :
- "Mince, je n'ai que deux euros cinquante sur moi. Que puis-je avoir pour ce prix-là?".
Simone lui demanda de patienter quelques instants, s'en alla poser la question à Raymond qui répondit :
- "Pour deux euros cinquante, le "travail" sera fait à la main.".
Elle retourne donc auprès du client désargenté qui finalement accepte l'offre. Il dégrafe son pantalon et laisse apparaître un attirail tout à fait impressionnant... Simone lui demande de patienter quelques instants et se rue vers son mari pour lui demander :
- "Dis Raymond, tu pourrais lui prêter les deux euros cinquante qu'il lui manque????".

135) - Deux femmes professeur accompagnent des élèves de sixième pour une visite aux champs de course. Après avoir visité les installations réservées aux chevaux, elles proposent au groupe de jeunes élèves une pause pipi. Malheureusement, dans les toilettes réservés aux hommes, les urinoirs sont placés trop haut et les jeunes élèves ont toutes les peines du monde pour faire leur commission. Leur accompagnatrice les invitent donc à faire la queue devant l'urinoir pour les hisser, un par un, à la bonne hauteur. Alors qu'elle soulève l'un des élèves en le prenant sous les aisselles, elle remarque qu'il est anormalement développé pour son âge, et lui dit alors :
- "Je parie que tu as redoublé plusieurs fois. Tu devrais être en troisième ou en seconde, non?".
- "Non, je suis dans la cinquième et je monte flèche noire. Merci de votre aide en tout cas!".

136) - Comme elle n'avait aucune envie de visiter les musées ni les monuments, une touriste américaine, plutôt joliment faite, avait décidé de se dorer au soleil sur le toit d'un hôtel parisien. Le premier jour, elle portait un monokini mais dès le second, comme il n'y avait personne d'autre sur le toit, elle avait opté pour le bronzage intégral. Alors qu'elle venait de s'installer sur le ventre pour exposer son derrière au soleil, elle entendit du bruit dans l'escalier qui conduisait au toit. Elle eut juste le temps de couvrir sa pudeur avec une serviette de bain. Un petit homme, visiblement employé de l'hôtel, s'adressa à elle, tout essoufflé :
- "Désolé, mademoiselle, la direction de l'hôtel me fait dire qu'il vous ait formellement interdit de pratiquer le bronzage intégral. Nous apprécierions de vous voir porter un maillot comme hier..."
La jeune femme répondit :
- "Mais il n'y a personne ici, quelle différence cela peut-il bien faire pour vous? En plus, je suis couverte par cette serviette...".
- "Euh, çà fait une grosse différence, mademoiselle. Vous êtes allongée sur la verrière de la salle-à-manger de notre hôtel...".

137) - Trois camarades sont partis faire une randonnée en montagne. La nuit approchant, ils décident d'installer leur campement. Mais comme ils sont fatigués par une journée de marche, ils conviennent de ne monter qu'une tente et d'y dormir à trois.
- "En plus...", commente l'un des trois hommes, "On aura plus chaud...".
Le lendemain matin, en prenant leur petit déjeuner, l'un des potes déclare :
- "C'est étrange, cette nuit, j'ai rêvé que quelqu'un me masturbait!".
Le second, tout étonné :
- "Hé çà c'est marrant, parce que j'ai fait exactement le même rêve!".
Ils se retournent tous deux vers le troisième qui dormait au milieu et l'entende dire :
- "Vous êtes vraiment deux obsédés. Moi, j'ai rêvé que je faisais une course de ski de fond!".

138) - Un jeune homme rend visite pour la première fois aux parents de sa petite amie. Malheureusement pour lui, le plat de flageolet qu'il a englouti la veille lui rappelle aux bons souvenirs de ses intestins. Tandis que tout se déroule pour le mieux pendant le repas, aussitôt le dessert terminé, et alors que le père de famille convie le garçon dans le salon pour un digestif, les gaz font parler la poudre. Le jeune homme se concentre, devient tout rouge et finalement lâche prise et s'abandonne... L'effluve devient toutefois assez vite insupportable et le père de la promise finit par le remarquer. Il crie d'ailleurs à son chien :
- "Brutus, va-t-en d'ici tout de suite...".
L'odeur se dissipe rapidement et le jeune homme est finalement satisfait de ne pas avoir entamé le capital confiance de son hôte. Un nouveau gaz s'annonçant, le jeune homme se laisse cette fois aller non sans prendre malicieusement la peine d'appeler le pauvre Brutus à la rescousse. Celui-ci remue la queue devant tant de sympathie. Mais le père gémit à nouveau :
- "Cette odeur est insoutenable. Brutus, dégage d'ici...".
Au troisième pet, le jeune garçon garde cette fois toute sa décontraction. La technique du chien s'étant montrée particulièrement efficace, il va même jusqu'à lui tendre un "su-sucre" pour mieux le faire punir... Mais cette fois-ci, on frôle l'asphyxie. Le père se lève brusquement, saisit le chien par les deux pattes avant, et crie :
- "Brutus, foutons-le camp d'ici, ce mec va finir par nous chier dessus!!!".

139) - Un vieil exploitant agricole se rend à l'étable pour traire sa vache. Sa femme le suit avec un seau de grain pour alimenter les poules. L'homme s'arrête subitement et, palpant la poitrine de sa compagne, clame d'un air moqueur :
- "Oh çà c'est vraiment le genre de truc qui ne sert à rien. Si ça donnait du lait au moins, on n'aurait plus besoin de garder la vache.".
Il va traire sa vache puis rejoint sa femme au poulailler. Là, avec le même air d'abruti, il lance en touchant le bas-ventre de son épouse :
- "Et çà aussi, c'est complètement inutile... Si ça pondait des oeufs, on n'aurait plus besoin de poules.".
La femme, excédée, finit par mettre à son tour, les mains sur les parties de son bennêt de mari et lui lance :
- "Si çà pouvait fonctionner normalement ce truc-là, on n'aurait plus besoin d'apprenti non plus...".

140) - A un arrêt d'autobus bondé de monde, une jeune femme hyper sexy, mini-jupe en cuir très moulante et bas noir du meilleur effet, arrache les regards plein d'appétit de la gente masculine. Elle rencontre quelques difficultés pour monter les marches du bus. Plutôt embarrassée, elle finit par remonter un peu la fermeture-éclair à l'arrière de sa mini-jupe pour avoir plus de liberté de mouvement. Hélas, cela ne suffit pas et après avoir adressé un petit sourire de circonstance au conducteur, elle passe les bras derrière et remonte un peu plus haut sa fermeture-éclair. Elle est toujours coincée et, rouge de confusion, elle adresse un nouveau sourire au chauffeur du bus, comme pour s'excuser. Mais à ce moment un gros homme la prend par les fesses et la pose à hauteur de la dernière marche. Elle se retourne brusquement et crie :
- "Quel grossier personnage. Espèce de vicieux, vous osez me tripoter alors que je ne vous connaît même pas!".
- "C'est vrai qu'on n'a pas eu l'occasion de faire connaissance mais quelqu'un qui baisse deux fois de suite la fermeture éclair de mon pantalon ne peut pas être tout à fait une étrangère...".

141) - Le jeune Cédric se réveille en pleine nuit à cause du bruit qui émane de la chambre de ses parents. Il se lève discrètement et va observer la scène intime... Le lendemain matin, au petit-déjeuner, il demande à sa maman :
- "Pourquoi tu rebondissais sur Papa, hier?".
La mère, gênée, improvise :
- "Tu sais, comme Papa a un gros ventre, je saute dessus pour le faire maigrir!".
Le bambin réfléchit deux secondes et dit :
- "Ah, çà ne marchera jamais ".
Sa maman, amusée, lui demande :
- "Et pourquoi, çà ne marcherait pas selon toi, Cédric?".
- "Parce que quand tu vas faire les courses, le samedi après-midi, il y a une dame qui vient et qui regonfle Papa.".

142) - Un berger mène son troupeau dans les hauts alpages depuis plusieurs semaines déjà. Mais, et c'est bien naturel, il commence à avoir quelques envies physiques à satisfaire. Pensant que l'isolement total auquel il est astreint lui assure une discrétion totale, il décide d'utiliser l'une de ses chèvres... Il se place derrière le pauvre animal mais celui-ci ne se laisse pas faire. La chèvre remue trop et, à chaque tentative, parvient à se dégager et à rejoindre le troupeau. En fin de journée, un petit avion se pose, en catastrophe, à quelques mètres devant lui. Une superbe jeune femme en descend et s'adresse au berger :
- "J'ai quelques problèmes mécaniques. Si vous arrivez à réparer je ferais tout ce que vous voulez...".
Attiré par l'offre, le berger se met à l'ouvrage et, avant la nuit, a tout réparé dans le moteur de l'avion. La superbe jeune femme lui dit alors :
- "Je vous ai donné ma parole, qu'est-ce que je peux faire pour vous?".
- "Vous voulez bien tenir ma chèvre?".

143) - L'histoire remonte à plusieurs années. A cette époque, la mère s'en souvient encore, ses enfants Isabelle et Jean-Jean étaient encore des bébés de deux et trois ans. Ils étaient assis à la table et attendaient leur repas du soir. Dans sa précipitation pour préparer le repas, la mère avait renversé le paquet de plomb dans le potage de légumes. Mais comme ses ouailles semblaient affamées, elle avait à peine pris le temps de filtrer le plomb et avait servi le potage... Une dizaine d'années plus tard, Isabelle, presque devenue adolescente, appelle subitement sa mère alors qu'elle est aux toilettes :
- "Maman, maman... Devine ce qui m'est arrivé en allant aux toilettes. Je viens de "faire pipi" du plomb...".
La mère lui explique alors toute l'histoire. Six mois plus tard, c'est au tour de Jean-Jean, adolescent, de crier subitement à sa mère :
- "Maman, maman... Devine ce qui m'est arrivé!".
- "Oui, je sais, tu as voulu faire pipi et tu as vu du plomb sortir, je vais t'expliquer...".
A ce moment, Jean-Jean reprend sa mère :
- "Non, j'étais en train de me masturber et j'ai tué le chien...".

144) - Après une soirée privée chez son patron, un homme se lève avec une gueule de bois certaine, un mal de crâne insupportable, et dit à sa femme :
- "Oh là là... Qu'est-ce que j'ai pu boire hier!?".
- "Oui, et quand tu es saoul, tu sais comment tu te comportes...".
- "Pourquoi?, Qu'est-ce que j'ai fait hier soir?".
- "Tu t'es encore mis minable devant ton patron.".
- "De toute façon, je lui pisse dessus à cet idiot.".
- "Ben, c'est précisément ce que tu as fait, et il t'a viré sur le champ.".
- "Qu'il aille se faire foutre!".
- "Ben, c'est ce que j'ai pensé aussi... Alors je m'y suis collée et tu n'est plus viré!!!".

145) - Un couple âgé décide d'avoir un septième enfant par insémination artificielle. Le médecin leur remet un petit flacon vide avec un bouchon d'aluminium et leur demande de revenir aussi tôt que possible avec un échantillon de semence. Une semaine passe et le docteur voit revenir ses deux patients bredouille; le flacon est désespérément vide. Il demande alors à l'homme :
- "Ben qu'est-ce qui s'est passé?".
- "Ben on a tout essayé, d'abord avec ma main gauche, puis avec ma main droite... Cà n'a pas marché. Ma femme s'y est mise aussi, avec ses mains d'abord, puis avec sa bouche mais rien à faire. Impossible de déboucher la bouteille!".

146) - Raoul rentre chez lui après avoir refait le monde au bistro du coin. A peine couché, il s'endort lourdement et rêve: il est dans la peau d'Indiana Jones, poursuivi par une horde de guerriers sanguinaires. Il s'agite tellement dans le lit qu'il finit par alerter sa femme Simone, qui le réveille en sursaut :
- "Que se passe-t-il Raoul?".
- "Quelle frayeur, j'étais poursuivi par des cannibales dans la jungle. Ils m'avaient coincé au bord d'un précipice et je n'avais plus d'armes pour me défendre...".
- "Et alors?", lance Simone, passablement énervée d'être ainsi réveillée en pleine nuit.
- "Alors je suis tombé. Mais au dernier moment, j'ai pu me raccrocher à une touffe d'herbe... Et tu m'as réveillé.".
- "Tu es sauvé maintenant, tu peux lâcher prise!".

147) - C'est la Sainte-Catherine et une fille, au physique assez ingrat, se présente au bal organisé pour l'occasion. Elle est finalement invitée pour une danse par un bellâtre, un peu bennêt. La valse se déroule pour le mieux jusqu'au moment où la vilaine cavalière laisse échapper un pet sournois qui éveille rapidement l'odorat et la suspicion du partenaire masculin. Comme elle s'en rend compte, elle choisit, rouge de confusion, d'avouer la vérité :
- "Je suis confuse... J'espère que çà va rester entre nous, n'est-ce pas?".
- "Ben moi, j'aimerais autant que çà s'évente un peu...".

148) - Dans une station-service sur l'autoroute, Jules, l'un des employés, arrive en retard et annonce fièrement à son patron et ses collègues :
- "Chef, çà y est, je crois que ma femme est enceinte, je viens de l'accompagner à l'hôpital!".
Tout le monde le félicite chaleureusement. Dans l'après-midi, alors que Jules est en mission de dépannage sur l'autoroute, sa femme téléphone à la station. C'est Gaston, un autre employé, qui prend l'appel :
- "Vous direz à Jules que c'est une crise d'aérophagie, je ne suis pas enceinte!".
Lorsque Jules rentre de son déplacement, ses collègues l'acclament en riant fort. Finalement, le fameux Gaston lui crie :
- "Hé Jules, viens par ici et baisse ton pantalon, il y a un pneu à gonfler.".

149) - Depuis deux bonnes semaines, Bernard a l'air triste lorsqu'il arrive au boulot et son supérieur hiérarchique, Robert, l'a remarqué. C'est pour cette raison d'ailleurs qu'il le convoque dans son bureau :
- "Ecoutez mon petit Bernard, vous êtes un bon professionnel. Vous êtes peut-être surmené en ce moment. Je vous donne un conseil d'ami; moi, dans ces cas-là, je quitte le bureau, je passe chez le fleuriste et je rentre chez moi pour faire l'amour à ma femme jusqu'à l'épuisement. C'est ce que vous devriez faire maintenant!".
Bernard n'a rien à perdre, sinon son cafard, il s'absente donc et revient en fin d'après-midi, la mine effectivement réjouie, retrouver son patron. ce dernier lui demande :
- "Alors, çà a marché, vous voyez...".
- "Très bien, oui, vous auriez vu la tête de votre femme quand je lui ai dit que l'idée était de vous.".

150) - Un paquebot de luxe qui transportait certains des plus célèbres top models internationaux coule à pic. Seuls Claudia Schiffer et un vieux marin parviennent à s'en tirer sur un canot de sauvetage. Ils dérivent pendant plusieurs jours, réussissant à survivre grâce aux quelques poissons que le marin parvient à capturer. Claudia lui en est très reconnaissante si bien qu'elle accepte, devant les demandes empressées du vieux bonhomme, de lui accorder ses faveurs. Plusieurs jours passent et les relations de confiance entre les deux survivants sont au beau fixe. Le marin demande un jour à Claudia :
- "J'aimerais te demander une autre faveur. Ca peut sembler ridicule mais tu accepterais de jouer quelques minutes le rôle de mon ami René. J'ai tellement besoin de me confier à un vieil ami....".
Elle accepte aimablement et coiffe la casquette que lui tend le vieux marin. Celui-ci lance immédiatement :
- "Ah salut René, content de te voir... Tu devineras jamais qui je me tape tous les soirs depuis trois semaines!".

Merci à Isabelle, Caroline, Fabienne, Leïla, Olivia, Laetitia, Sandrine, Sophie, Arnaud, Maxime, Christophe, Serge, Éric, Johnny, Daniel, Dany, Michel et les autres de m'avoir envoyé toutes ces superbes blagues par E-Mail...

Copyright (©) Stéphane VINCENT 2006-2099 Monochrome Web - Tous Droits Réservés